Mission Doris à l'Estartit - Sept 2018

Mis à jour : 14 juil. 2019

Chèr.e.s ami.e.s, l'heure est grave.


Au moment où j'écris ces lignes (a long time ago in a far far...), aucun passyonaute sur la quinzaine de participants - je dis bien aucun, zéro, nada, que t'chi - n'a réussi cette année à rater le train pour l'Estartit. Certain.e.s (dont votre serviteur) ont bien essayé de courir en vain après la rame ou de bloquer au sas d'accès avec un téléphone à la batterie vide... Rien n'y a fait. Après plusieurs années fastes où les retardataires payaient systématiquement leur coup, ce fut une année sans apéro.


Nan j'déconne, on est quand même au GSP! Notons que la SNCF - qui connait bien la ponctualité légendaire de certains de nos membres - avait volontairement retardé le départ du train de 25 minutes... Mais cela n'a rien à voir!


Nous voilà donc parti une nouvelle fois en plongée de réadaptation dans ce lieu si sympathique: l'Estartit et ses îles Mèdes, gorgées de flores et de faunes méditerranéennes... Enfin, la météo et la visibilité à l'arrivée ressemblait plutôt à une aventure armoricaine... La Bretagne, ca vous gagne!

Dès que la visibilité s'est améliorée, nous avons cependant pu constater une disparition inquiétante : les doris dalmatiens ont visiblement déserté cette année les tunnels et grottes où elles étaient auparavant des milliers... Demandez à Nath... Des mérous, des langoustes, des daurades, des dentis, des saupes, des castagnoles, voire même des flabellines, en veux-tu, en voilà... Mais de Doris, point.




Rien à voir cependant avec les nombreux témoignages de la présence dans la grotte du dauphin (Dofi Sud) de champs entiers de limace blanche à pois brun posées sur des éponges pierres blanches...


Le GSP, en partenariat avec le club La Sirena qui nous accueillait, a immédiatement lancé une commande groupée de lampes et masques à verres correcteurs afin de remédier à cette soudaine extinction subaquatique!


Les mérous quand à eux, véritables propriétaires terriens de ces fonds sous-marins se sont par ailleurs révélés particulièrement territoriaux, en témoigne notre président qui s'est courageusement réfugié derrière Liza lorsqu'un de ces spécimens est venu lui présenter ses hommages... Pas facile la plongée autonome, JC :)

Une partie de la fine équipe du GSP

Fort de ces multiples aventures et autres pompoms techniques disputés de haute lutte, les encadrants ont alors décidé d'innover pédagogiquement. Alors que Louis apprenait par Marco à "faire la langouste" plaqué sur le sol pour lutter contre le courant, Charly lui apprenait qu'expérience et orientation ne sont pas toujours synonymes... Louis a bien essayé de négocier son N2 pour la peine, mais la direction est resté inflexible malgré plusieurs verres de rhum ananas.


Marco a finalement proposé à un N2 d'aller voir au delà des 40 mètres mais celui-ci - assidument formé au club - lui a gentiment rappelé ses prérogatives. Pour nous consoler de tant de barres de rire, Paul - qui a tout de même apprécié les copains de ses parents - a accepté de nous prêter sa voiture de police miniature, avec siège inclinable.


Tout est bien qui finit bien au GSP et c'est finalement les yeux légèrement embués que nous nous sommes quittés après ces quelques jours bien remplis de découverte sous-marine et de franche rigolade. Faudra faire encore mieux l'année prochaine!